Uncategorized

[Approuvé par la Science] Nous pouvons traiter des informations en dormant

Une étude récente de l’Université Vanderbilt a découvert que notre ouïe ne s’arrête jamais, même lorsque nous dormons.

Les chercheurs ont entrepris l’étude pour voir si les enfants d’âge préscolaire pouvaient traiter les sons dans leur sommeil. Dans le cadre de l’expérience, les enfants qui faisaient la sieste étaient branchés à un appareil d’électroencéphalographie portable, un appareil utilisé pour créer une image de l’activité électrique dans notre cerveau. Après qu’ils se soient endormis, la machine a joué trois mots inventés. Quand ils se sont réveillés, la machine a joué toute une série de mots, y compris ceux qui n’avaient aucun sens.

Les lectures de l’EEG ont révélé que le cerveau des enfants montrait des signes positifs de reconnaissance lorsqu’ils entendaient les mots-clés insensés, démontrant qu’ils étaient capables de les traiter pendant leur sommeil.

L’auteure de l’étude, Adrienne Roman, Ph.D., a déclarée que cette découverte était ” la plus encourageante ” étant donné que ces mots dont ils se souvenaient étaient insensés :

“Le cerveau des enfants n’a pas simplement filtré les sons présents pendant le sommeil comme étant pertinents ou non, mais une mémoire à été transmise du sommeil à l’état éveillé pour les sons apparemment dénués de sens entendus pendant le sommeil.”

Vous m’entendez ? Ce que cela signifie pour vous

Selon les chercheurs, le but de cette expérience n’est pas aussi simple que de savoir que nos oreilles restent en alerte 24/7. Bien que cela soit intéressant, les coauteurs voulaient comprendre si les enfants – comme les adultes – peuvent enregistrer les informations qui sont échangées autour d’eux tout en nous aidant à déterminer le meilleur environnement pour les enfants qui récupèrent un peu de sommeil.

Nous savons déjà que notre cerveau est mis à contribution pendant notre sommeil. Une étude américaine récente a révélé que les participants étaient plus susceptibles de jouer correctement une mélodie dans un jeu vidéo musical si la mélodie leur avait déjà été jouée en ondes lentes pendant une sieste 90 minutes. D’autres recherches menées en Suisse suggèrent que le sommeil améliore notre capacité à apprendre des mots en langues étrangères (incroyable !).

Nous comprenons également que le sommeil favorise le développement du cerveau, en raison de la forte relation entre notre sommeil et la neuroplasticité de notre cerveau – soit les changements structurels et fonctionnels qui surviennent dans le cerveau. Cependant, Roman affirme que cette étude est différente puisqu’il s’agit de la première étude à tester la rétention post-sommeil pour la reconnaissance sonore traitée pendant le sommeil. Elle ajoute que même si les enfants testés ne savaient pas consciemment qu’ils avaient entendu des sons pendant le sommeil ou après la sieste, les résultats montrent que leur cerveau n’a pas simplement filtré les sons, mais qu’il y a eu un certain niveau de codage qui a eu lieu.

Cette recherche nous rappelle aussi que oui, il faut faire moins de bruit pendant que les tout-petits font la sieste. Pour commencer, faites attention à ce que vous dites autour de ceux qui dorment. Ils “entendent” peut-être plus qu’on ne le pense !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *